FrançaisEspañolEnglish
Accueil du site Campagnes et événements

André dans notre histoire, avec nous, Réseaux d’échanges réciproques de savoirs®

fontsizeup fontsizedown Enregistrer au format PDF

Claire Héber-Suffrin , mis en ligne le 1er août 2023.

Pourquoi rendre hommage à une personne et le faire à travers l’histoire vécue avec elle et des étapes de cette histoire ? Parce que ce sont les pratiques qui disent les valeurs réellement vécues, les choix personnels authentiques et les qualités relationnelles éprouvées réciproquement.

Je rencontre André pour la première fois lors des « Rencontres de Parthenay » autour de la démocratie participative et des savoirs, dans la première partie des années 90. Lorsque nous préparons notre colloque de 1996, sur le thème « Apprendre et faire société, quand les citoyens échangent leurs savoirs à Évry (1.200 personnes) », c’est comme une évidence, il faut lui demander d’intervenir. Il dit oui ! 1200 personnes l’entendent, qui ne sont pas, pour nombre d’entre elles, des professionnels de l’éducation et de la formation et peuvent intégrer les questions qu’il partage (généreusement comme on le verra pendant presque trente ans) avec nous sur ce qu’est Apprendre. Son intervention peut être consultée dans les Actes de ce colloque. Sa conclusion : « Toute élaboration de savoir repose sur l’échange. Chaque individu élabore son savoir à partir de lui-même. Il ne le fait pas tout seul, il le fait dans l’échange avec d’autres. L’échange crée la motivation. C’est la relation qui permet l’expression, la confrontation, qui oblige l’individu à dépasser ses conceptions initiales. C’est la relation qui entraîne l’autre dans une démarche d’élaboration de savoir, bref… qui fait apprendre. Toute la difficulté est d’obtenir réellement cet échange. L’empathie est nécessaire mais pas toujours possible, elle n’est pas toujours suffisante… […]  ».Son intervention apparaît simplifiée dans l’ouvrage tiré de ce colloque et paru en 2001 aux Editions Chronique sociale, « Partager les savoirs, construire le lien ». Son titre : « L’échange, un moyen pour penser les savoirs de notre époque ». Elle se termine ainsi : « Nos conceptions habituelles sont souvent nos prisons habituelles et nous avons besoin aujourd’hui de changer nos façons de penser ».

Accompagnateur de formation

Je lui écris pour lui demander s’il accepterait d’aider des membres de ces Réseaux à mieux comprendre ce qui se passe dans leurs pratiques de réciprocité de ce point de vue de l’apprendre. Il dit oui, immédiatement ! Nous ne mesurons alors ni la notoriété du personnage public, ni l’ampleur de vue du chercheur, ni la diversité de ses champs de travail, ni la complexité de ses analyses… ni la part de l’engagement citoyen dans sa vie.

À partir de 1997, André Giordan anime des temps de réflexion dans les Réseaux d’échanges réciproques de savoirs® sur « Apprendre ». Les réunions, rassemblant parfois plusieurs dizaines de participants des Réseaux, se déroulent à Paris, au Foyer international d’accueil de Paris (FIAP). Puis, nous organisons des Inter-réseaux qui se déroulent dans un centre social à Vanves. Ces temps de travail sont de véritables formations, très accessibles à tous. Notons, parmi les outils de travail, les films faits et diffusés par La 5 (à l’époque Chaîne des savoirs dont le président du Comité d’éthique était Michel Serres qui a soutenu le projet des films) : 56 films de 6 mn montrant des savoirs offerts et demandés dans différents réseaux de France, que ce soit dans des lieux de résidence ou dans des écoles. André nous apprend à nous questionner à partir de ce que nous vivons. André Giordan s’appuiera sur cet accompagnement pour faire un chapitre du N° 144 de la Revue Éducation permanente : « Réciprocité et réseaux en formation » (direction par Claire Héber-suffrin et Gaston Pineau). Le titre de son chapitre : « Les formes de réciprocité dans les Réseaux d’échanges de savoirs et l’apprendre – Sous-titre : Comprendre les pratiques à partir de l’analyse de films réalisés pour La Cinq ». Conclusion : « […] le réseau […] à la fois le point d’ancrage qui multiplie les occasions d’être intelligent à plusieurs et le lieu de la circulation des savoirs ».

Accompagnateur de recherche

C’est alors que se formalise un « groupe de recherche » autour de cette question : « Comment se passent les apprentissages dans ces réseaux d’échanges réciproques de savoirs® ? Comment le savoir ? Comment les participants le racontent-ils ?  ». le groupe est composé de membres de plusieurs réseaux. Au bout d’un certain temps, le groupe se saisit d’un appel d’offres du FNDVA autour de l’engagement bénévole. Ce qui donne à la fois des moyens financiers et un cadrage de production à faire aboutir en un temps prescrit. Bernadette Arnaud est rémunérée pour ce travail de coordination et d’écriture. André continue avec nous en tant que citoyen engagé ! Le titre du Rapport au FNDVA (disponible pour qui souhaite le lire) est : « Nature de l’engagement bénévole dans les RERS (les différents types de bénévoles). Quelles formations spécifiques pour qu’ils puissent favoriser des apprentissages réussis, favoriser la circulation des savoirs et l’émergence de nouveaux savoirs ? ».

2003. Nous organisons une Université d’été intitulée « Pour penser, apprendre, agir en réseaux  ». Nous sollicitons plusieurs chercheurs dans des disciplines pouvant éclairer les fonctionnements en réseaux dans le cadre de l’éducation, de la formation, de la culture. Entre autres, les réseaux en biologie. Et, comme naturellement !, c’est André que nous sollicitons pour cet éclairage. Encore une fois, il dit oui. Il nous parle de la physionique : « La physionique dépasse la simple imitation des formes ou encore la simple analogie des structures et des matériaux. Elle étudie systématiquement les structures et les processus complexes. En particulier, les processus qui produisent les organisations (comme les régulations) ou les font évoluer (comme les espaces de changements) sont décortiqués et resitués par rapport aux systèmes envisagés (cellule, organe, individu, société, écosystème...). Les procédures intimes et les mécanismes qui les sous-tendent (y compris au niveau cellulaire et infracellulaire) sont privilégiés ; leurs significations et leurs contextes mis en perspective.  »

Compagnon de recherche

C’est alors que le groupe qui a travaillé sur Apprendre, lors d’un repas commun à Saint-Jean de la Ruelle chez Marie-Thérèse pour célébrer la production collective (un Rapport, certes, mais surtout des apprentissages et de l’amitié), lors d’un repas donc, préparé sous la responsabilité du « chef cuisinier » André, décide de continuer à faire de la recherche. André accepte alors d’être notre « compagnon de recherche ». Il nous propose la question : «  De quels savoirs avons-nous besoin actuellement pour vivre ? Quels sont actuellement les savoirs émergents… ?  ». Le groupe s’ouvre à d’autres, se baptise « Groupe des savoirs émergents » et crée son site. Peu à peu, ce groupe va élaborer une dynamique de citoyens chercheurs. En prenant le temps nécessaire à l’investissement de chacun, à la construction d’une vision commune à partir de visions partagées, à la mise en recherche de chacun et de tous, à la rédaction personnalisée, à des situations de questionnements critiques réciproques et à l’élaboration d’une œuvre commune. Ce sera l’ouvrage publié en 2008 aux éditions Ovadia, sous le titre : «  Savoirs émergents – Quels savoirs pour aujourd’hui ? », par André Giordan, Claire Héber-Suffrin, Groupe savoirs émergents.

C’est la même année 2008 qui donne à de nouveau des centaines de personnes d’entendre André, lors du colloque organisé par le Mouvement international de la réciprocité active et le Mouvement des Réseaux d’échanges réciproques de savoirs sur le thème : « En quoi la réciprocité construit-elle des solidarités ? ». Et encore comme « tout naturellement », nous demandons à André d’intervenir et il dit oui. (Il n’y a rien de naturel là, mais l’évidence de choix est telle que cela nous semble naturel. Or c’est bien un choix à la fois épistémologique, citoyen et amical pour nous tous et André en particulier !) André intervient sur le thème : «  Comment la réciprocité peut-elle aider à faire circuler et construire les savoirs d’aujourd’hui ? ». Ce faisant, il nous renvoie que notre travail ensemble, avec lui comme compagnon de recherche certes, mais bien accompagnant pourtant dans nos questionnements individuels et collectifs, il s’en fait aussi une occasion de penser et de questionner les citoyens et les institutions. Il conclut ainsi : « Nos évidences – à commencer par nos valeurs – sont à interpeller au quotidien, elles sont souvent des « non-pensés » qui bloquent nos choix… S’il y a un gagnant, il n’y a pas nécessairement un perdant. On cherche une solution alors que les solutions n’existent pas ! Elles dépendent du contexte, elles varient avec le temps, l’histoire du groupe. Ne vaudrait-il pas mieux penser « optimum » ?

À partir des actes de colloque, avec 23 des intervenants (13 français et dix québécois), nous publierons, en 2011 l’ouvrage, publié encore chez Chronique sociale « Parier sur la réciprocité – Vivre la solidarité ». L’intervention d’André est donc accessible à tous les lecteurs de cet ouvrage.

Dans le même temps, André a le projet de produire un ouvrage collectif autour de « L’Actualité ». Et il me demande d’en faire un chapitre autour de la question : «  En quoi les Réseaux d’échanges réciproques de savoirs sont-ils d’actualité ?  » Merci pour le défi. J’ai « droit » à 20 pages. Et je suis fière qu’il me les demande. Je les rédige donc. D’autres auteurs sollicités ne répondant pas à sa sollicitation, il me propose de faire un ouvrage à partir de mes vingt pages en creusant toutes les dimensions abordées dans ce texte ! Ce sera un ouvrage publié en 2009 sous le titre « Savoirs et réseaux » et réédité en 2012 sous le titre « Les Réseaux d’échanges réciproques de savoirs ». Philippe Meirieu en fera la préface et André la postface, titrée « Apprendre, un challenge au quotidien ». Il conclut ainsi : « D’autres processus sont à innover ; la démarche du groupe « Savoirs émergents », issu d’un des projets de Claire Héber-Suffrin, montre avec succès une direction possible, celle de l’émergence des idées. Dans le même temps, elle entretient un atout devenu indispensable à toute société apprenante : la conscience de l’incomplétude. Seul, je ne sais pas ; aucun savoir n’est jamais fini !... »

Le groupe encore appelé « Groupe Savoirs émergents » continue son chemin. Plaisir de penser ensemble, joie de la découverte, amitié qui se manifeste concrètement, tout cela et bien plus. Nous choisissons de travailler sur l’intuition.

Entre temps, André intervient lors d’une de nos Universités d’automne sur le thème : « Apprendre oui, mais comment ? Et quels savoirs ? ». Important pour moi de le dire : il accepte toujours de redonner au plus grand nombre de nous ce qu’il a contribué à construire avec un petit nombre. Ce faisant, à ces deux moments, le moment long de la construction coopérative et celui de la transmission active, il s’inscrit bien dans un renouvellement de l’éducation populaire. J’ai plaisir, d’ailleurs, à souligner ces Power Point si intelligemment construits et qu’il partage toujours sans réticences avec ceux qui les lui « demandent ».

Je pense qu’il est « instructif » de savoir comment il a construit cette journée (2014). Apprendre, y compris dans la réciprocité, n’est jamais un processus évident et unique. Certes parfois un seul mot suffit, mais le plus souvent l’offreur peut multiplier les stratégies et varier les méthodes et rien ne passe au demandeur. Tout ne se joue pas aux niveaux des connaissances ou des compétences demandées, l’appropriation de processus sous-jacents s’avère indispensable.

Celle-ci nécessite l’acquisition d’outils que l’on peut classer schématiquement ainsi :

  1. outils cognitifs. exemples :
    • apprendre à mémoriser
    • apprendre à prendre des notes
  2. • outils pour l’organisation. exemples :
    • 30 secondes pour…
    • calendrier, calepin, agenda
    • organisation de l’espace
  3. • outils pour « travailler » la personne derrière l’apprenant
    • développer sa confiance en soi/son estime de soi
    • développer son désir d’apprendre / sa motivation / sa curiosité
  4. • outils pour la santé favorisant l’apprendre
    • apprendre à se relaxer (sieste/sommeil)
    • apprendre à se nourrir

La journée alternera des présentations, des exercices, des travaux de groupes, du brainstorming, des mises en commun et des commentaires. Matin :

  • 1. 9h30 – 9h45 : -* Apprendre, un challenge pour la citoyenneté (présentation)
  • 2. 9h45 -10h : Les paramètres de l’apprendre (présentation et discussion)
  • 3. 10h – 11h : Apprendre à mémoriser (exercices et commentaires)
  • 11h – 11h30 Pause
  • 4. 11h30 – 13h15 : Favoriser le désir d’apprendre (travail de groupe, mise en commun et commentaires)
  • 5. 13h15 – 14h30 Repas
  • Après-midi
  • 6. 14h30 – 15h30 : Favoriser la confiance en soi (travail de groupe, mise en commun et commentaires)
  • 7. 15h30 – 16h : Outils pour la santé favorisant l’apprendre (exercices et commentaires)
  • 8. 6h -17 h : Introduire des échanges sur apprendre à apprendre dans les réseaux (brainstorming individuel et discussion générale)

Revenons à la recherche-citoyenne sur l’intuition. Le résultat des travaux a été publié en 2015

Auteurs : Groupe savoirs émergents. Coordonné par André Giordan et Claire Héber-Suffrin. Titre : L’intuition partagée – Un outil citoyen  ».

Le projet de la recherche à l’origine de ce livre a été de questionner l’intuition, de la situer, de la tester et pour commencer de la débarrasser d’un certain nombre de faux-semblants. La démarche engagée a été pragmatique - dans quel contexte personnel ou sociétal peut-on faire appel à ce processus et comment ? - et régulée - chaque intuition est mise en commun et discutée au sein d’un groupe de références - pour en promouvoir un savoir collectif à partager.

L’intuition et la rationalité ne paraissent, en aucun cas, opposées ; elles ont été prises en compte comme inter/agissantes, fortement reliées, nécessaires l’une à l’autre ; tout autant qu’à la sensibilité, aux émotions, aux sentiments, aux valeurs en jeu et réciproquement. Bien sûr, le projet est également d’apprendre à développer l’intuition. L’idée est de sensibiliser à cette démarche, d’en repérer les paramètres et les composantes et d’instaurer une stratégie pour introduire tout un chacun dans cette forme de compréhension plus originale, plus riche, dans un monde où la logique classique n’est plus suffisante. Peut-on faire de l’intuition une approche collective pour élaborer des savoirs... notamment : – pour vivre autrement (soi/avec l’autre/ensemble) ? – pour aborder la complexité, l’incertitude ? – pour favoriser la citoyenneté ? Continuons ! C’est le choix de tout le groupe. Evidemment quand nous disons « Groupe », c’est un groupe qui change. Certains ne sont plus là. De nouveaux rejoignent la dynamique et l’enrichissent.

Que travailler ? Le changement ! trop vaste sujet. Déjà décortiqué par tant de chercheurs en sociologie, en histoire, en pédagogie, etc., des politiques, des pédagogues, etc. Il nous faut choisir une focale et renoncer aux autres ! Après des voyages divers sur ce thème, des témoignages, des lectures, des errements… nous nous focalisons sur une question posée par André : « Quels sont les ressorts de nos propres changements ? ». Heureuse surprise. Nous nous retrouvons tous à écrire, à écouter nos textes, à les interroger… André fera deux textes : ses changements professionnels et ses changements personnels. Il nous « asticotera » sur les nôtres pour nous pousser à préciser, à situer, à complexifier… Tous les textes sont riches de sens et émouvants, authentiques, vrais. Nous ne saurons pas aller vers une publication ! Trop intimes, les textes ? Peut-être ! Pour certains, oui, ils le disent. Dans un tel groupe, avec une telle histoire, le respect de chacun est plus important que la socialisation de la production du groupe.

C’est au début de ce travail que le groupe décide alors de changer de nom pour bien signifier non pas d’abord les objets de recherches (apprendre, savoirs émergents, intuition…) mais un type de recherche. Il va s’appeler « Tous citoyens chercheurs » L’intitulé du site devient alors touscitoyenschercheurs. En effet, dans les différentes publications, nous avions été attentifs à « décrire » le cheminement vécu. Et même à l’interroger, l’analyser, en voir les évolutions. Nous arrivions à un moment où il apparaissait clair dans ses étapes et leurs justifications.

2016. Colloque à Evry : «  La force de la réciprocité et de la coopération pour apprendre  ». Encore « bien évidemment », André a sa place là, pour nous aider à nous mettre en mouvement. Colloque préparé par une dizaine d’organisations qui prennent en responsabilité des dimensions de ce que sont les êtres humains et la société : l’apprentissage, l’art, l’emploi, la santé, la production de savoirs, l’accompagnement des plus fragiles… Intervention d’André : « Apprendre… importance de la réciprocité et de la coopération » (On peut la trouver dans les Actes de ce colloque)

Les années de confinement n’interrompront pas le travail du groupe mais… ! Cela sera compliqué ! Nous décidons de fêter les 50 ans de la démarche des Réseaux d’échanges réciproques de savoirs (nés en 1971 à Orly). Cela se passe à Strasbourg en novembre 2021.

André est déjà bien malade. Mais il vient. De Nice ! Il a froid ! Nous, ses amis, nous le voyons et nous en sommes très émus. Il intervient pour présenter le groupe « Tous citoyens chercheurs » et surtout ce que peut être une recherche citoyenne. Puis il nous fait tous travailler sur cette question qui ne l’a jamais quitté : de quels savoirs avons-nous besoin ? « Quels savoirs enseigner, entre autres, à l’école ? » Un beau Power Point qu’il transmet à celles et ceux qui le lui demandent !

Qu’en est-il de la recherche citoyenne ?

"La démarche des recherches citoyennes est autre : les citoyens et les éventuels chercheurs sont tous situés sur le même plan. Ils interviennent chacun à partir de leurs compétences propres, compétences propres au chercheur, culture du domaine, maîtrise d’une approche, réflexions et capacités d’analyse, expériences personnelles ou encore pratiques propres à toute personne et à tout groupe.

La recherche citoyenne part d’initiatives de la société civile dans lesquelles des citoyens, voire des militants associatifs ou syndicaux construisent collectivement des connaissances qui leur sont nécessaires et qu’ils ne trouvent pas dans les recherches établies ou les pratiques professionnelles. Elle comporte une grande diversité de structures, d’objectifs, de moyens et de pratiques. " (André Giordan)

Le groupe Citoyens-chercheurs continue donc sur ce thème. Il s’est agrandi. André y a participé plusieurs fois en visio. Son courage pour être là, malgré la maladie qui l’envahissait, nous engage profondément.

Nous continuerons !

Tout au long de cette histoire, André a parlé de ce que nous faisions dans ses ouvrages (force est de constater qu’il est assez rare que des universitaires parlent « à égalité » des citoyens avec lesquels ils travaillent. Il m’a invité à intervenir, ici ou là. Il a inscrit la dynamique des Réseaux d’échanges réciproques de savoirs dans des projets pédagogiques qu’il a initiés. Il nous a fait rencontrer des amis. Il a invité Gianni Giardino au groupe citoyens chercheurs, nous a fait connaître Jérôme Saltet, etc. Un inter-réseaux sur le thème : de la transition écologique, de l’alimentation saine et de la consommation citoyenne.

Souvenirs inoubliables pour cinquante personnes de la journée avec André. Il m’avait donné la liste des courses. Il proposait après un travail de réflexion du matin et un travail de projection de l’après-midi, de nous faire préparer tous ensemble une salade niçoise. Au long du repas, il nous présentait chaque aliment : du point de vue écologique (il vient de tel pays, il consomme tant d’eau), du point de vue de l’alimentation (il est riche en), du point de vue de la consommation cohérente !

Autres coopérations

Comment ne pas évoquer le travail fait avec Armen Tarpinian ? le réseau créé à l’initiative de celui-ci ? L’acceptation, par André, pour que continue cette œuvre, de la présidence de l’association Ecole, changer de cap ?


Dans la même rubrique

» Hommage à André Giordan
» Pour les 100 ans d’Edgar Morin
» Hommage à Gérard Vergnaud
» États Généraux de la laïcité : pourquoi maintenant et pour quoi faire ?
» Appel à se joindre aux rassemblements des 16 et 30 janvier face au projet de Loi "Sécurité globale" ou de lutte contre le "séparatisme"
» L’attentat commis sur Samuel Paty
» Décès de Bruno Mattéi
» Loi pour « une école de la confiance » : Quand 20 mois de mesures sont censés faire politique éducative !
» Drapeaux dans les classes : un amendement à la fois absurde et contre-productif
» Claude Agostini, un pédagogue créatif et militant
» Lettre commune au Président de la République
» Collège : Avançons !
» Lettre de François Hollande (5 avril 2012)
» Lettre à tous les personnels de l’éducation nationale.
» Proposition pour une Société éducatrice
» L’Ecole au cœur de nos préoccupations politiques pour démocratiser la réussite
» RIO+20 L’éducation dont nous avons besoin pour le monde que nous voulons...
» Un ministère de la réussite éducative : un grand pas, à quand la loi qui mobilise notre pays ?
» École : un changement de cap devient possible…
» François Hollande : "l’école n’est pas un coût mais un investissement !"
» Politique et Ecole 2012. Réponse d’Europe Ecologie-Les Verts
» Discours de François Hollande sur l’École et la Nation à Orléans
» François Bayrou. Programme pour l’éducation
» Commentaire de la SGEN-CFDT aux 13 propositions de École changer de cap
» Année Janusz Korczak
» Vincent Peillon : « une grande réforme pour refonder l’école »
» 9e Forum Non-violence à l’Ecole : « Prévenir et réagir face au harcèlement à l’école »
» Journée du Refus de l’Échec Scolaire
» La quinzaine de l’éducation à la non-violence et de la paix
» Université d’été 2011 : "Quelle transformation personnelle, quelles transformations collectives pour reconstruire un monde solidaire ?"
» Rencontre des jeunes médiateurs d’Ile de France
» Déclaration de l’Assemblée de Convergence sur l’éducation du Forum Social Mondial de Dakar - 2011
» Culture de paix : Rapprochement des cultures, dépasser les cloisonnements
» A propos de l’Appel de Bobigny
» Pour une éducation au changement
» Forum sur l’éducation de Barhein - 8-11 octobre 2010
» 3ème journée du refus de l’échec scolaire
» Les facteurs humains dans l’enseignement et la formation des adultes
» Le changement d’époque oblige à réviser les modèles en cours
» Lettre ouverte du Collectif Ecole changer de cap (3 décembre 2010)

Mentions légales | S’abonner | Plan du site | Accessibilité